Chambre d'Agriculture de la Gironde

REVUE DE PRESSE

MES MARCHES

Suivez en direct les cours des céréales...

NOS AUTRES SITES...

Les actions agri-environnementales territorialisées de la Chambre d'Agriculture de la Gironde regroupent les opérations de protection qualitative et quantitative de l'eau et de protection de la biodiversité et des paysages.  

Plan d'action du bassin versant de l'Engranne

Améliorer la qualité de l'eau et des milieux en favorisant la mise en oeuvre des pratiques respectueuses de l'environnement, tout en respectant l’économie et la dynamique sociale locale, tel est l'objectif du Plan d’actions territorial (PAT) du bassin versant de l'Engranne. Ce plan de gestion établi pour trois ans (2010-2012) a pour ambition d'accompagner tous les acteurs (agriculteurs, collectivités et particuliers) de ce territoire pilote dans la modification volontaire de leurs pratiques. Ce projet porté par la Chambre d'agriculture de la Gironde s'appuie pour la mise en oeuvre d'actions concrètes, sur un réseau de partenaires techniques et financiers réunis au sein d’un comité de pilotage autour de l’Agence de l’eau Adour-Garonne. En savoir +

Natura 2000

La Chambre d'Agriculture a participé aux principaux comités de pilotage des principaux sites Natura 2000 dont l'élaboration du DOCOB (document d'objectif) a été mise en oeuvre sur les sites des marais du Bas et Nord Médoc, marais du Blayais, vallée de l'Engranne et de l'Isle.  En savoir +

Directive Cadre sur l'Eau

La directive cadre sur l’eau (DCE) du 23 octobre 2000 (directive 2000/60) vise à donner une cohérence à l’ensemble de la législation avec une politique communautaire globale dans le domaine de l’eau. Elle définit un cadre pour la gestion et la protection des eaux par grand bassin hydrographique au plan européen avec une perspective de développement durable.

Zones vulnérables nitrates

La protection des eaux contre les pollutions de toute nature est devenue un enjeu majeur de la fin du 20ème siècle. En conformité avec la directive CEE de décembre 1991, le législateur français a défini, par un décret d’août 1993, les caractéristiques des zones qui contribuent à la pollution des eaux par le rejet direct ou indirect de nitrates et d’autres composés azotés susceptibles de se transformer en nitrates d’origine agricole. Sont désignées comme vulnérables toutes zones qui alimentent des eaux (souterraines ou superficielles) atteintes ou menaçées par la pollution aux nitrates, les eaux des estuaires et les eaux douces superficielles qui subissent une eutrophisation susceptible d’être combattue efficacement par une réduction des apports azotés. Le critère retenu pour définir le seuil de cette pollution est le taux de nitrates relevé dans l’eau. A partir de 40 milligrammes par litre, on considère qu’il y a menace et, au-delà de 50, la zone est atteinte.

Mentions légales | Contacts Gironde |  Plan du site |  Nous trouver   |  RSS